Le faire croire en images dans les églises de l’Anneau d’Or (Russie) .

Marie Anne Polo de Beaulieu et Victoria Smirnova

Conférence IEA de Paris                                                               juin 2014

 

Mise en image des exempla occidentaux en Russie: 17e-20e siècles

Reconfiguration, acculturation, appropriation ?

Introduction au projet franco-russe

Nous avons bénéficié d’un soutien du LABEX HASTEC pour ce projet, intitulé : « Le faire croire en images dans les églises de l’Anneau d’Or (Russie) « .

Les églises russes de l’Anneau d’Or autour de Moscou sont réputées pour la richesse de leur programme iconographique. Cependant les études se sont le plus souvent concentrées sur le chœur des sanctuaires délaissant une zone également peinte : les galeries latérales qui entourent le sanctuaire. C’est dans cet espace intermédiaire entre le sacré intérieur et le profane extérieur que se concentrent les images non bibliques relevant souvent (mais pas seulement) de la littérature des exempla. Ces exempla homilétiques ont été définis par Jacques Le Goff comme des “récits brefs donnés comme véridiques et destinés à être insérés dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire”.

Ces exempla se sont multipliés dans l’Europe occidentale à partir du XIIIe siècle dans le cadre de la prédication ad populum (au peuple) des Ordres mendiants mais également chez les prédicateurs séculiers comme Jacques de Vitry. Au XVIIe siècle, un Jésuite, John Major, a compilé cet immense corpus et l’a réuni dans son Magnum Speculum Exemplorum (éd. Douai, 1614). Les missionnaires l’ont emporté dans leurs bagages au Mexique et le rôle de ces exempla dans la conversion des Aztèques a été étudié par Danièle Dehouve[1] en collaboration avec le GAHOM. On connaît en Russie des manuscrits du Magnum Speculum Exemplorum enluminés et traduits en russe aux XVIIe et XVIIIe sièles. Les modalités de leur influence sur les peintres des églises de l’Anneau d’Or n’ont jamais été étudiées. C’est Victoria Smirnova, membre externe du GAHOM, qui, la première, a identifié ces peintures non bibliques et qui a mis en lumière leur lien avec le Magnum Speculum Exemplorum. Elle a également relevé des ressemblances thématiques et iconographiques avec les gravures d’une sorte de littérature de colportage russe appelée loubok (pl. loubki). Nous y reviendrons mais voyons d’abord :

Concepts et Méthodologie du projet

Grâce aux travaux de Danièle Dehouve, on sait comment les missionnaires ont utilisé au Mexique le Magnum Speculum Exemplorum (éd. Douai, 1614). et le rôle de ses exempla dans la conversion des Aztèques. Les études de D. Dehouve nous offrent un cadre théorique et méthodologique pour conduire notre enquête en Russie.

Elles nous permettent de nous interroger sur les processus qui furent mis en oeuvre dans ce processus d’acculturation des exempla en terre russe orthodoxe[2] : intégration, assimilation, syncrétismes ou disjonction ? Selon les périodes, les milieux et les acteurs sociaux ces quatre types de réaction ont pu cohabiter ou se succéder. Ces tensions, adaptations et restructurations du champ culturel travaillaient autant les individus que l’ensemble de la société et affectaient les repères religieux et anthropologiques fondamentaux (conceptions de l’homme, du divin, de l’espace et du temps). Depuis 1974, les historiens ont largement répondu à la proposition de Nathan Wachtel d’étendre à l’ensemble du champ historique le concept d’acculturation, dès lors qu’une société est traversée par des tensions entre des cultures hétérogènes. C’est dans cette rencontre féconde entre anthropologie et histoire, au travers de la notion d’acculturation et de perception de l’Autre, que notre projet a pris sens.

Il existe en outre une profonde convergence entre notre projet et le regain d’intérêt pour la prédication[3] et les exempla de la période médiévale, dans la perspective d’une histoire de l’acculturation au travers d’un médium, l’exemplum, situé à la frontière entre écriture et oralité, entre culture savante et culture folklorique. Pour la période moderne, les travaux de Roger Chartier[4] sur la diffusion du livre imprimé en Europe embrassent également cette problématique et trouvent un écho dans le soin que notre projet met à pister les rééditions et traductions des ouvrages ainsi que les inventaires de bibliothèques jusqu’àu début du XXe siècle. De Plus, on aimerait approfondir l’étude du lien entre ces exempla et d’autres textes religieux comme, les manuels de confesseurs, les catéchismes, les Arles moriendi (arts de mourir), etc…

Enfin, l’autre versant de cette étude concerne bien sûr la réception de ces messages religieux diffusés par deux types de médias (textes, images sous formes de fresques et d’enluminures). La fine étude de la langue donnera des clefs pour comprendre quelles conceptions religieuses antérieures ont été effacées, lesquelles ont été remodelées ou se sont conservées. Nous aurons à mettre en lumière tous les ressorts de « la rhétorique sermonnaire ou logique catéchistique » qui fait partie des objets privilégiés de l’anthropologie religieuse telle qu’elle fut définie par A. Dupront[5]. Celui-ci ajoutait d’autres champs à cette discipline comme « l’économie verbale et mentale du cérémoniel liturgique », dont on aimerait comprendre toutes les facettes dans ce lieu si particulier qu’est la galerie extérieure des églises russes.

Un autre point de mise en contexte concerne :

Rôle et objectifs des Jésuites

La Compagnie de Jésus fut fondée par Ignace de Loyola en 1537 pour lutter contre les Protestants. Après le concile de Trente (1545-1563), les Jésuites prirent en charge les missions de diffusion du catholicisme en pays définis comme païens (Chine, Inde, Amérique centrale et latine), la lutte contre le Protestantisme et le prosélytisme en chrétienté orientale.

Si en Nouvelle Espagne, les Jésuites s’appuyèrent fortement sur la prédication animée par des exempla hauts en couleur accompagnée de confesssion massive, il semble qu’en Russie ce moyen de diffusion de la foi catholique n’ait pas été utilisé. Pour ce faire, ils installèrent en Russie blanche des collèges où une élite de rite catholique mais aussi de rite grec recevait la meilleure éducation.

Il faut sans doute rappeler en quelques mots l’histoire mouvementée de la Compagnie de Jésus pour comprendre la spécificité des méthodes utilisées par les Jésuites en Russie. Cet ordre s’est rapidement impliqué dans l’économie et la politique, ce qui lui a valu maintes condamnations, expulsions et retours en grâce. Dès la fin du XVIe siècle, on assiste à une vague d’expulsions des Jésuites à la suite de leur implication dans la Ligue et la condamnation du régicide Jean Châtel qui avait été leur élève (1596) : ils sont expulsés de France, d’Angleterre (1581 et 1601), du Portugal (1598), des pays Bas, de Russie et des Etats de Venise. Ces événements n’empêchent pas leur rappel en France dès 1603 pour fonder des collèges et lutter contre le Jansénisme. Leur expansion se poursuit en Chine, au Canada, en Amérique, en Russie.

A nouveau une vague d’expulsions survient sous la poussée du parti des philosophes des lumières : en 1719 le tsar Pierre le Grand (1682-1725) les expulse de Russie mais lorsque la Russie blanche (soumise au roi de Pologne) passa sous la domination russe (1772), les Jésuites qui y résidaient sont rétablis dans cette partie occidentale de l’empire russe. Ils étaient au nombre de 178, possédaient 4 collèges et 14 missions en Russie blanche. En 1773 c’est le pape Clément 14 qui abolit la Compagnie de Jésus (bulle Dominus ac redemptor) alors au fait de sa puissance[6]. Mais le roi de Prusse Frédéric II protestant et la grande Catherine II de Russie par esprit d’opposition au pape refusent d’appliquer cette bulle pontificale. Catherine II (1762-1796) n’avait au départ admis les Jésuites que pour leurs talents de pédagogues pour l’éducation des catholiques romains de son empire, mais peu à peu elle cède à leurs exigences : en 1780 elle permet l’ouverture d’un noviciat jésuite. Les Jésuites dépassent progressivement les limites de la Russie blanche et sont puissants dans l’entourage de la tsarine. Ils installent des fabriques de draps et une imprimerie. Ils continuent leur expansion sous Paul Ier (1796-1801) : à st Pétersbourg les Jésuites obtiennent une église paroissiale et un collège ouvert aussi aux élèves de rite grec (à partir de 1800).

Le nouveau pape Pie VII, favorable aux Jésuites, reconnait ceux de Russie en 1807 et rétablit la Compagnie de Jésus en 1814 (bulle Sollicitudo omnium ecclesiarum).

Sous le nouveau tsar Alexandre Ier (1801-1825), Gabriel Gruber le maître général des Jésuites de Russie est très influent à la cour, il fonde de nouveaux collèges et des missions en Russie jusqu’à sa mort en 1805. Le nouveau général des Jésuites Thadée Bzrozowski obtient que le plus grand collège (Polotzk) soit transformé en université (elle accueille 200 étudiants en 1815).

Cependant en 1816, le tsar Alexandre Ier bannit les Jésuites de Moscou et St Pétersbourg.

Dans la période qui nous intéresse, les traductions en russe d’un recueil d’exempla jésuite ont donc pu être encouragées voire effectuées par les Jésuites tout à fait compétents pour cela; ils ont également pu contribuer à leur diffusion manuscrite. On a bien vu la réticence du pouvoir impérial devant le prosélytisme jésuite. L’usage des images était-il une sorte de ruse pour échapper aux foudres impériales ?

Un recueil d’exempla catholique importé dans la Russie orthodoxe

Le Magnum speculum a été traduit en polonais par les Jésuites, et ensuite, en russe. La première traduction en russe contenant de 700 à 800 exempla fut commandée par le tsar Alexis Mikhailovich. Elle date de 1675-1676. La deuxième traduction, contenant environs 250 exempla, a été faite en 1680.

En Russie, le Speculum (Великое зерцало–Velikoïe Zertsalo) jouissait d’une popularité immense : il en reste des centaines de manuscrits. Plusieurs entre eux sont enluminés. Les modalités de leur influence sur les peintres des églises de l’Anneau d’Or n’ont jamais été étudiées. Victoria Smirnova a identifié ces peintures non bibliques et a mis en lumière leur lien avec le Magnum Speculum Exemplorum. Elle a également relevé des ressemblances thématiques et iconographiques avec les gravures d’une sorte de littérature de colportage russe appelée loubok (pl. loubki).

Fresque de l’Église Saint-Jean-Baptiste de Tolchtkovo (Yaroslavl).

Elle a été construite entre 1671 et 1687. C’est une église à croix-inscrite avec trois absides semi-circulaires et deux petits autels latéraux. Une large galerie de plain-pied entoure l’église de trois côtés. Les quinze dômes sont partagés en trois groupes. La façade extérieure est décorée de carreaux de faïence. La décoration intérieure consiste essentiellement en peintures murales réalisées en 1694-1695 par un groupe de 15 peintres dirigé par Dimitri Grigoriev Plekhanov (1642-1705) et Feodor Ignatiev (1649 ?-1720)[7]. La galerie et le petit autel du sud (l’autel des saints Hiérarques) furent peints par les mêmes peintres – en 1703-1704, sous l’évêque Dimitri de Rostov (1702-1709).

Les sujets de la peinture murale :

  Dans le sanctuaire : lieu du culte

Autel principal : 18 peintures du cycle « Interprétation de la liturgie ».

Voûtes du carré central : les principales  fêtes; voûte occidentale : prière mariale « Maison où la Sagesse repose » ;

Coupole : le Tout-puissant tenant un livre ;

Tambour de la coupole : les Patriarches ;

Colonnes du carré central : actes des apôtres ;

Murs du carré central (7 registres) : 3 registres du haut –vie de Jésus ;

4e registre : passion du Christ

5e et 6e registres : vie de Jean- Baptiste

7e registre : calendrier des saints

Mur occidental : Cantique des cantiques.

Dans la Galerie  (470 fresques) : lieu de prédication au peuple, des baptêmes, obsèques, négociations profanes, accueil des pèlerins…

Voûtes: scènes de l’Ancien Testament ; à l’exception de la partie ouest avec des scènes du Nouveau Testament (la Trinité, conversation du Christ avec les apôtres (8 scènes), Notre-Dame Joie-des-Affligés, Couronnement de la Vierge, Glorification de la Vierge, Dormition) et des sujets légendaires (la translation d’une icône par Jean, le roi de Grèce et la légende de Julien et Vassilissa) ;

Mur intérieur de la galerie, partie nord : composition inspirée par l’hymne marial « Il est digne » (Axion estin) ; le Jugement Dernier et la représentation des saints Martyrs de Cyzique.Mur intérieur de la galerie, partie ouest : composition inspirée par l’hymne marial « En toi se réjouit » ; le Christ devant Pilate ; Saint Nicolas de Myre ; Vierge au trône ; Christ au trône ; Saint-Jean-Baptiste.

Mur intérieur de la galerie, partie sud : La vision d’un moine au monastère Saint-Benoît ; la vision de Thomas de Cantorbéry des douleurs et des joies de la Vierge (du Nouveau ciel d’Ioanniki Galïatovski, un recueil des miracles mariaux publié en 1665) ; compositions allégoriques «L’ange-gardien » et « Les fruits de la passion du Christ » ;

Les fenêtres et les trumeaux de la galerie nord : scènes de l’Ancien Testament ;

Les fenêtres et les trumeaux de la galerie ouest : Exempla du Magnum Speculum Exemplorum en russe , une composition allégorique : Le navire de la foi ;

Les fenêtres et les trumeaux de la galerie sud : Exempla du Magnum Speculum Exemplorum en russe ; scènes du Paterikon (Vies des Pères du Désert) des grottes de Kiev ; du Paterikon skitskiï (collection slave des Apophthegmata patrum), d’un Sinodik (obituaire), de la légende de Barlaam et Josaphat ; représentations de saints (Démétrios de Thessalonique, Siméon le Stylite et al.) ;

Vestibule du sud : scènes de la vie de Saint André le fol en Christ ;

Vestibule du nord : miracles de l’icône de la Vierge de Tolga ;

Vestibule de l’ouest : Apocalypse.

Plan de l’église

Un exemplum du Velikoïe Zertsalo : La femme au dragon

Galerie de l’ouest (coin nord-ouest, deuxième trumeau). Photo prise le 27. 09. 2013 par Victoria Smirnova et Oleg Bolotov.

Une femme assise sur un dragon apparaît à un homme priant à genoux devant un livre; au fond, deux religieux font des gestes de prière.

Image-loubok, numéro 703 de la collection Rovinsky (XVIIIe s.)

Conclusion

Vous l’aurez compris cet ambitieux programme dépasse allègrement les limites chronologiques d’un Moyen Age occidental classique en vertu d’un “long Moyen Age” cher à Jacques Le Goff[8] déjà bien expérimenté pour le Mexique des Conquistadors.

Le projet se propose donc :

  • D’établir le corpus photographique raisonné de ces peintures narratives et du texte qui leur est associé – peint ou gravé – Le contexte global de l’église sera pris en compte, mais l’attention se portera essentiellement sur les galeries ;
  • Comparer la diffusion de ces images avec celle du Magnum Speculum Exemplorum
  • Rechercher des modèles iconographiques dans les manuscrits enluminés conservés en Russie du Magnum Speculum Exemplorum et dans les Loubki ;
  • Mieux définir les fonctions et les usages des galeries latérales de ces églises et des peintures d’autel, en poursuivant les réflexions du GAHOM sur la spacialisation du sacré et les images en leur lieu[9].

Après ce bref aperçu, vous comprendrez que nous ne sommes pas en mesure de répondre à la question posée dans le titre de notre conférence : “Reconfiguration, acculturation, appropriation ?”.

Il est certain que l’importation de récits exemplaires élaborés pour beaucoup au XIIIe siècle en Occident n’a pu qu’entraîner des reconfigurations de ces récits (nous en avons vu quelques exemples). Ils ont quitté le domaine bien encadré des recueils d’exempla et de la prédication pour celui beaucoup plus mouvant des images, malgré l’apparente répétition des modèles.

Si les recueils d’exempla latin médiévaux sont rarement enluminés, leurs traductions en vernaculaire s’accompagne russe / slavon généralement d’une mise en image. C’est précisément le cas du MSE dont certains mss en sont richement enluminés.

Mais au delà des mss, sur les murs des églises de Yaroslavl et de Vladimir les exempla (image et texte) se retrouvent inscrits et figurés dans un cadre radicalement nouveau : la galerie ou l’autel derrière l’iconostase : je ne crois pas connaître de situation équivalente en Occident (sous réserve d’inventaire). Ce nouveau contexte architectural et liturgique constitue sans aucun doute une forme d’appropriation locale – peut-on évoquer pour autant une acculturation ? Nous n’en sommes qu’aux débuts de l’enquête et nous préférons garder la question ouverte.

En tout état de cause, si le but des Jésuites était de contrer une possible influence protestante dans l’empire russe, voire de propager des dévotions catholiques, on ne peut que constater qu’ils ont atteint leur but en diffusant des textes et des images mettant en scène des miracles mariaux, des récits hagiographiques, des simples laïcs confrontés aux choix entre péché et vertu et des visions de l’au-delà incluant les peines purgatoires, voire un lieu purgatoire (contre la théologie orthodoxe). Demeure pour nous une grande inconnue : quelle fut la réception de ces images très largement diffusées ?

 

 

[1] Danièle Dehouve, L’évangélisation des Aztèques ou le pécheur universel, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, préface de M. A. Polo de Beaulieu.

[2] N. WACHTEL, L’acculturation, in J. Le Goff et P. Nora (éd.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, p. 125-146. Voir aussi : A. dupront, « De l’acculturation», XIIe congrès international des Sciences historiques, vol. I, Rapports, Vienne, 1965, p. 7-36.

[3] N. BÉRIOU, L’avènement des maîtres de la parole : la prédication à Paris au XII! siècle, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1998. Voir les colloques bi-annuels de l’International Medieval Sermon Studies Society, comme N. Bériou et Fr. Miorenzoni (dir.), Prédication et liturgie au Moyen Age, Turnhout, Brepols, 2008.

[4] R. chartier, Culture écrite et société, l’ordre des liim {XIV-XVM siècle), Paris, Albin Michel, 1996.

[5] A. DUPRONT, «La religion. Anthropologie religieuse», in J.   Le Goff et P. Nora, Faire de l’Histoire : Nouvelles approches, Paris, Flammarion, 1974, p. 105-136, spéc. p. 108. Colloque en ligne Anthropologie historique

[6] Les Jésuites de Russie 1772-1785. La Compagnie de Jésus conservée en Russie après la suppression de 1772. Récit d’un Jésuite de la Russie Blanche, Paris, Victor Palmé éditeur, 1872. En 1773, la Compagnie de Jésus comptait en tout 23000 membres, dont 15 000 enseignants actifs dans 700 collèges, répartis dans 39 provinces, avec 800 résidences et 300 missions.

[7] Selon une inscription sur un mur de l’église.

[8] Un projet analogue est en cours d’élaboration sur les reconfigurations narratives et iconographiques des exempla médiévaux dans la littérature de cordel au Brésil.

[9] La sculpture en son lieu, Chapiteaux romans d’Auvergne, 2012.

Comme dans la version finale de la demande de subvention. Pourrait-on aussi ajouter que les recueils d’exempla enluminé sont très rares en Occident ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.