Anthropologies et Numériques

Organisée en mars dernier au Cube, centre d’art numérique créé en 2001, la manifestation Anthropologies numériques s’inscrit dans le prolongement des recherches et des réflexions initiées par Jean Rouch, précurseur en son temps, qui nous invitait déjà à faire dialoguer science et création. Si à l’époque les enjeux se focalisaient sur les frontières poreuses entre documentaire et fiction, ou sur le renouvellement méthodologique offert par l’invitation à pratiquer une observation participante, l’apparition des technologies numériques nous a incités à poursuivre et à renouveler ce questionnement.

Dans le cadre du partenariat avec Le Cube, lieu de référence pour l’art et la création numérique, nous avons depuis quatre ans — en étroite collaboration avec Carine Le Malet, directrice de la programmation artistique et de la création — sélectionné et projeté plus d’une centaine d’œuvres situées à la frontière entre art et sciences et avons créé ainsi un véritable réseau entre chercheurs en sciences humaines et artistes numériques. Ces œuvres relèvent d’une écriture tantôt nommée multimédia, tantôt transmédiatique ; elles prennent la forme d’installations, d’espace sonore, de présentation interactive, de jeux ou de Serious Games.

Nous invitons anthropologues, réalisateurs, plasticiens, ingénieurs, praticiens du numérique à confronter leurs outils, leurs pratiques, leurs représentations, leurs réalisations avec le public pour inventer de nouveaux champs de recherche, bouleversant ainsi la division du travail classique entre expression artistique, production scientifique et intervention technique.

De fait, nous considérons que les gestes artistiques et les gestes scientifiques procèdent de la même interrogation du réel, de ses perceptions et de nos états de conscience. Ces gestes tentent de faire sens, de diriger le regard au-delà de la réalité, au-delà de l’altérité. Nous portons un intérêt particulier aux écritures en rup- ture avec l’expression linéaire de nos liens avec le réel. Les modes de production de ces écritures mobilisent autrement les compétences de chacun et requièrent des espaces – temps de réception collective inédits, offrant droit de cité aux œuvres exclues par les circuits habituels de diffusion, les logiques économiques, les processus de contrôle ou brisant les rites convenus de mise en scène de ces restitutions.

Cette année, ce projet a bénéficié du soutien du Labex Hastec (histoire et anthropologie des sciences et des techniques) et s’inscrit au sein du programme de recherche collaboratif dirigé par Nathalie Luca5 intitulé « Techniques du voir et du croire ». Ce programme porte un intérêt croissant aux formes de publication multimédia et à la restitution des recherches par des ressources relevant du domaine de l’art. il propose une formation à l’écriture multimédia. Par ailleurs, les chercheurs impliqués dans ce programme privilégient une réflexion interdisciplinaire autour des techniques, de leur utilisation et de leur perception sur une période longue de l’histoire.

Broadcaster, listener, and archivist crossing frontiers in the Kabusha Radio Remix digital ethnography installation © Kwame Phillips
Broadcaster, listener, and archivist crossing frontiers in the Kabusha Radio Remix digital ethnography installation © Kwame Phillips

Ce projet fédère ainsi plusieurs équipes mais aussi plusieurs modalités d’intervention en alliant à la démarche anthropologique des recherches formelles sur le numérique, le langage de programmation et les outils mis au service de l’art numérique. Nous nous inscrivons donc dans une démarche innovante où les formes d’expressions artistiques seraient parties intégrantes des formes de restitutions. Nous renouvelons d’une certaine manière les réflexions proposées précédemment par Schneider et Wright qui se concentraient sur les liens entre art et anthropologie ou encore les liens entre sociologie, sciences exactes et expérimentales et art. (Fourmentraux, 2012).

Barbara Palomino Cross Patterns Le Fresnoy_panorama2015
Barbara Palomino Cross Pattern, Le Fresnoy

Intimement liés, gestes et techniques constituent des modes d’accès au monde, à la connaissance de ses formes de vie comme à ses mises en question éthiques et politiques, qui rencontrent tout particulièrement les objets et les démarches des sciences humaines et sociales. Chercheurs, artistes, informaticiens inventent des modes d’appréhension de situations complexes et sollicitent aussi par leurs œuvres des rapports différents aux auditeurs, spectateurs, visiteurs, lecteurs. Croisant techniques et arts, des créateurs troublent et dépassent les frontières des disciplines et inventent des modes de production qui tentent d’adapter les écritures aux réalités polysémiques du monde (Schneider et Wright, 2010 ; Schneider et Pasqualino, 2014 ; Marcus, 1995, 2015).

Barbara_Palomino, Cross-Patterns le-fresnoy
Barbara_Palomino, Cross-Patterns Le-Fresnoy

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.